Nakasendo, de Magome à Tsumago

La route Nakasendô

La route de Nakasendô qui signifie grossièrement « route de l’intérieur« , est l’une des 5 grandes routes impériales du Japon de l’époque Edo. Celle-ci reliait Edo(Tokyo) à Kyoto par l’intérieur des terres. Longue de 534km, elle traversait 7 préfectures : Tokyo, Saitama, Gunma, Nagano, Gifu, Shiga, et Kyoto. Le Nakasendô n’existe plus sous sa forme originelle, sauf en de rares endroits où l’on peut encore voir le Ishidatami (le sol pavé de l’époque). La quasi totalité du chemin est aujourd’hui suivie par des routes asphaltées ou ferroviaires. Les cinq « autoroutes impériales » permettaient aux shoguns et nobles de l’époque de relier plusieurs cités importantes à partir de la capitale.

La route Nakasendô a comme les 4 autres été développée sur des portions de routes plus anciennes, et comptait 69 villages-étapes qui permettaient aux voyageurs de se reposer en chemin.

Le Nakasendô dans la vallée de Kiso : Kosôji

Un chemin préservé

11 de ces 69 villages se trouvent dans la vallée de Kiso, et ils étaient déjà reliés entre eux avant même la construction du Nakasendô par un chemin appelé Kisoji.  Ce chemin était à l’origine un chemin commercial, et le Nakasendô l’a ensuite intégré pour relier Edo (Tokyo) à Kyoto.

Le Kisoji est souvent décrit comme le chemin le mieux préservé parmi les 5 « autoroutes impériales » ou Gokaidô. C’est en tout cas celui qui restitue le mieux l’apparence originelle de ces routes historiques.

Les randonnées du Nakasendô

Les randonnées de plusieurs jours concernent donc surtout cette route qui passe par des villages et des montagnes. Certaines agences aujourd’hui proposent des excursions plus longues, partant carrément de Tokyo jusqu’à Kyoto en alternant marche à pied et trajets en train. Quelques rares sites anglophones et plusieurs sites japonais décrivent la randonnée entière du Kisoji.

Les villages historiques

A l’intérieur de ce tronçon, Magome-juku et Tsumago-juku sont les deux villages les plus « authentiques ». C’est donc le chemin reliant ces deux étapes qui attire le plus de touristes. Long de 8km, ce chemin par endroit encore pavé avec le Ishidatami (« tatami de pierre »), permet de marcher sur les traces des empereurs, au cœur de la forêt et des montagnes.

Magome et Tsumago

Ces deux villages restaurés figurent dans de nombreux guides et sont cités pour représenter la vallée de Kiso. On vous invite à consulter chacun de nos articles et voir les vidéos correspondantes.
Tout le parcours décrit ci-dessous est visible dans la vidéo ci-dessus.

La randonnée entre Magome et Tsumago

Il est commun de dire qu’il vaut mieux commencer la randonnée par Magome. Il y a des montées dans les deux sens, mais elles sont peut-être plus faciles dans ce sens.

La sortie de Magome

La randonnée débute au village de Magome et il suffit tout simplement de suivre le chemin qui traverse tout le village et rejoint, 8km plus loin, celui de Tsumago. Il n’y a aucune difficulté d’orientation. Dès la sortie de Magome, on arrive à une esplanade qui surplombe le village. Il y a à ce niveau deux petits chemins qui se rejoignent au bout d’une dizaine de mètres au bout de l’esplanade. On descend un escalier, on traverse une forêt et une route, et la randonnée peut démarrer.

Magome nakasendo

Nakasendo

Les première cloches à ours

Une fois la route traversée, on reprend le chemin en longeant quelques champs et espaces verts. On tombe sur la première cloche du chemin, à faire sonner pour faire fuir les ours !

Nakasendo

La forêt de pins

On rentre assez rapidement dans la forêt tout en longeant la rivière en contrebas.

La petite forêt de bambou

On reprend ensuite le chemin pavé avec à nouveau des cloches, en longeant cette fois une petite forêt de bambou.

Nakasendo

Nakasendo

Le restaurant Juri et ses arbres en fleur

Après une petite montée, on retombe sur la route et on trouve au tournant un restaurant qui vend des bouteilles d’eau à 150 yens, toutes fraîches. Sur le côté, on peut admirer de magnifiques arbres en fleur.

Nakasendo

Nakasendo

Le petit village désert

Peu de temps après, on longe un joli petit village avec ses maisons à moitié en bois. On pourrait croire qu’il est abandonné s’il n’y avait pas le linge pendu à l’extérieur.

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

La balade dans la forêt

Juste après ce village, le chemin croise la route par laquelle passe le bus pour aller à Tsumago. Si en chemin on est fatigué, on peut toujours attendre le bus. Sinon on traverse la route et le chemin s’enfonce à nouveau dans la forêt, sur le Ishidatami. Tout le long de cette portion, on longe la rivière et on enjambe quelques petits pontons de bois.  De manière régulière on retrouve les panneaux indiquant la distance restante à parcourir.

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Le plus bel endroit de la randonnée : Ichikokutochi no shiraki aratamebansho ato

Avant d’arriver à Tsumago, on passe par une aire de repos composée d’une ou deux bâtisses en bois, entourées de cerisiers centenaires. L’endroit se nomme Ichikokutochi no shiraki aratameban sho ato.

Le cadre ici est vraiment magnifique, les pétales des cerisiers s’envolent au moindre coup de vent et tapissent le sol de leur couleur rose. Il y a un petit cabanon qui permet de se poser pour manger ou se reposer. L’endroit fait drôlement penser à des scènes des dessins animés de Miyazaki. Il ne manque plus que la musique et on s’y croirait vraiment. Cette aire de repos est sans doute la plus belle partie de cette randonnée. Fin avril-début mai, ces cerisiers sont encore en fleur.

A partir de ce point, il reste 4.7km jusqu’à Tsumago.

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

La rivière

Après avoir fait une petite pause bien méritée, on reprend le chemin à travers la forêt en suivant la rivière. On enjambe quelques ponts et à côté de l’un d’eux, une petite ouverture permet de descendre pour aller se rafraîchir un peu. Le niveau de l’eau et la présence de rochers empêche de se baigner, et l’eau est de toute manière trop froide.

Nakasendo

Les cascades Odaki et Medaki

C’est peu après ce pont qu’on tombe sur le panneau indiquant sur la gauche les cascades Odaki et Medaki. Les cascades sont en fait un peu à l’écart du chemin dans le creux de la montagne. Il faut donc descendre quelques centaines de mètres pour aller les voir, et remonter ensuite pour reprendre le chemin. Hautes d’une petite dizaine de mètres, les deux cascades sont assez belles et le cadre vaut le détour ! Perdues au milieu d’une petite clairière à l’ombre des arbres, les deux cascades sont l’occasion de faire une deuxième petite pause.

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

La descente vers le village et le Ishidatami

Ensuite on poursuit le chemin en alternant forêt de bambou, petit pont, chemin pavé à travers la forêt, et la descente commence vers l’ultime village avant Tsumago. C’est probablement sur cette portion que le Ishidatami est le plus visible !

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

L’ultime village avant Tsumago

Une fois arrivé au niveau de la route, le chemin traverse un village désert, avec de grandes maisons anciennes. Sur le côté de la première maison il y a un distributeur de boissons fraîches.

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

La fin du parcours

Après ce petit village, le chemin repart une dernière fois à travers la forêt et on arrive enfin à la fin du parcours. En arrivant sur la route on passe au milieu de quelques habitations et on traverse un grand pont qui offre une belle vue sur la rivière. Passé le pont, il y a le parking de Tsumago et sur son côté un petit cimetière longé par une petite forêt de bambou. Il y a là un petit chemin qui permet de descendre vers la rivière.

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

Nakasendo

L’arrivée dans le village de Tsumago

Une fois passé ce petit cimetière et le parking, on traverse la rue et des panneaux indiquent l’entrée du village. Ça y est ! vous êtes arrivés!
Ce chemin de 8km (7.7km exactement) à travers la montagne ne prend pas plus de 2-3 heures et permet vraiment de s’évader au cœur de la nature nippone ! L’endroit est quand même très fréquenté, mais selon votre rythme de marche, vous pourrez à de nombreuses occasions vous retrouver seuls en route.

Nakasendo

Nakasendo

L’incroyable Kiso Valley

Les villages Magome-Juku et de Tsumago-juku sont souvent mis en avant pour représenter la beauté et la richesse historique de la vallée de Kiso. Une fois sur place, vous trouverez sûrement des prospectus et guides, qui , photos à l’appui, vous donneront envie d’aller découvrir tous les villages du Kisoji :

  • Shiojiri-juku,
  • Seba-juku,
  • Motoyama-juku,
  • Niekawa-juku,
  • Narai-juku,
  • Yabuhara-juku,
  • Miyanokoshi-juku,
  • Kiso fukushima-juku,
  • Agematsu-juku,
  • Suhara-juku,
  • Nojiri-juku,
  • Midono-juku,
  • Tsumago-juku
  • Magome-juku,
  • Ochiai-juku,
  • Nakatsugawa-juku

Tous ces villages ou presque donnent accès à des attractions naturelles magnifiques. A partir de Agematsu-juku par exemple, on peut rejoindre les gorges Nezame no Toko, et à partir de Nojiri, on peut rejoindre Atera valley et Kakizore valley. Dans ces vallées coule une rivière dont la couleur et la transparence n’ont rien à envier à celles des lacs Plitvice en Croatie.

Les plus beaux de ces villages, de ce qu’on en a vu et de ce qui ressort de nos recherches sont : Magome, Tsumago, Kiso Fukushima, Narai.
Magome, Tsumago et Narai sont entièrement restaurés presque dans leur état originel. Les autres ont conservé quelques maisons anciennes, des monuments historiques, des stèles ou des temples, autant de vestiges rappelant l’époque Edo.

D’autres tronçons du Kisoji sont également connus, notamment pour leur paysages. On peut citer le tronçon entre Yabuhara-juku et Narai-juku, un sentier de 6km qui permet de passer par le Torii Touge Pass au pied des Monts Ontake et Kisokomagatake.

Un choix à faire

Si jamais vous êtes pressé par le temps, que vous avez prévu la visite d’autres villages dans la Kiso Valley, ou que vous voulez tout simplement arriver plus vite dans une autre ville (Matsumoto, Kofu, ou dans l’autre sens, Nagoya, Nara ou Kyoto par exemple) sachez que cette randonnée ne sera sans doute pas votre plus beau souvenir du Japon. La balade est agréable, la nature est belle, on découvre en chemin de mignons petits villages perdus dans la montagne. Mais elle n’est pas non plus exceptionnelle, vous pouvez tout à fait visiter Magome et Tsumago en priorité en prenant le bus entre les deux. Pour ceux qui ne connaissent pas la nature du Japon, c’est l’occasion, mais il existe sinon des endroits bien plus beaux dans ce pays.

Une carte pour se repérer dans Kiso Valley

N’hésitez pas à télécharger cette carte au format KML pour pouvoir la consulter sur votre téléphone une fois sur place. On a relevé et indiqué sur la carte les zones à visiter . Si jamais vous la modifiez et l’utilisez ensuite sur votre site, merci d’en indiquer la provenance ! Pour savoir comment utiliser la carte hors ligne sur votre téléphone, consultez notre petit tutoriel sur le sujet.

Walking on the Kisoji – Nakasendo Path

Et voici pour terminer un aperçu du Naksendô et du point nommé Ichikokutochi no shiraki aratameban sho ato.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top