Rio San Juan en Rép Dom

Rio San Juan est une petite ville d’environ 15 000 habitants, située au centre nord de la République Dominicaine. Ce village côtier se trouve sur la route 5 qui longe toute la côte nord de l’île.

Une région riche de villes et de plages réputées

Depuis las Terrenas, il faut compter environ deux heures en voiture. La route longe la mer presque tout du long, et on passe par des petites villes typiques comme Sanchez, puis Nagua et la Entrada.

La Playa Arroyo Salado

D’ailleurs, près de la Entrada, ne manquez pas la plage Arroyo de Salado et sa rivière. On y découvre l’ambiance dominicaine dans toute sa splendeur !

La plage d’Arroyo Salado est située dans la province de María Trinidad Sánchez et est facilement accessible depuis l’autoroute Nagua-Cabrera. C’est une des nombreuses plages du pays qui possède aussi une rivière, ici, c’est la rivière Arroyo Salado qui a lui a donné son nom. De toutes celles qu’on a eu la chance de voir, c’est celle où la rivière est la plus longue. En journée, surtout le week-end, il y a des centaines de personnes qui font la fête à cet endroit.

La Laguna Dudú

À quelques kilomètres de la Entrada et à 25km environ de Nagua, on passe tout près de la laguna Dudu et du lago azul, des cenotes vraiment facilement accessibles, à ne surtout pas rater ! Le laguna Dudu est un immense parc privé qui comprend :

  • un cenote géant où l’on peut se baigner ou sauter depuis un zip-line,
  • deux cenotes ouverts semblables aux cenotes de la péninsule du Yucatan au Mexique,
  • de grands espaces verts avec des bancs, balançoires etc pour se détendre en famille,
  • une grotte creusée dans la colline,
  • un restaurant très bon et très grand.

Le tout est accessible pour 350 pesos par personne à peine. De quoi sérieusement rivaliser avec les parcs de Punta Cana comme la Reserva Ecológica Ojos Indígenas, à 80 dollars par tête !

Cabrera

Plus haut, on peut faire une halte à Cabrera, une ville très touristique où la majorité des commerces sur la rue principale sont orientés pour le tourisme de masse. C’est dans cette ville perdue du nord de l’île qu’on a croisé le plus de blancs au mètre carré ! Les plages de Cabrera sont réputées pour le surf.

Playa Grande

La route 5 nous fait aussi longer toute la Playa Grande, réputée dans toute la région. Considérée comme la plus belle plage du coin par les locaux eux-mêmes, elle est néanmoins déconseillée aux enfants en raison du fort courant et des vagues. Pour notre part, on l’a esquivée.

Rio San Juan, un village authentique

Le tourisme n’étant pas la source de revenu principale de Rio San Juan, cette petite ville qui a l’apparence d’un village a su garder toute son authenticité caribéenne. Beaucoup de ses maisons sont encore en bois, avec un style typique des îles.

La Laguna Grigri

La ville a la particularité d’abriter une sorte de cenote à ciel ouvert, le laguna Grigri, duquel part une rivière entourée de mangroves. Ce petit bout de forêt, le Santuraio de las Aves, débouche un peu plus loin sur la mer et abrite un « bird sanctuary« . Des excursions sont possibles en barque pour observer la faune locale, à un certain prix. En 2020, le tarif était de 2000 pesos par bateau. Lors de notre passage, la lagune était tout en travaux, il n’y avait donc pas d’excursion. Nous ne connaissons donc pas les tarifs actuels. La barque fait un arrêt à la Cueva de Las Golondrinas et va jusqu’à la Playa Caleton.

C’est possible de longer une partie de la lagune à pied, via un sentier qui part de l’Hotel Bahía Blanca.

Playa Los Mino

Rio San Juan possède 3 plages qui se suivent. Vous le verrez une fois sur place, on n’a pas de palmiers ici, par contre l’eau est super claire !

Playa Los Mino est la plus accessible, avec trois petits chemins qui y mènent directement. À son extrémité, à droite sur la carte, la route passe en hauteur et fait office de belvédère sur la plage (regarder la vidéo ou la photo ci-dessous). L’eau ici est plutôt calme et la visibilité est même meilleure qu’à las Terrenas ou las Galeras. Il n’y a pas de palmiers par contre, mais juste des arbres, et les habitations et le béton touchent directement le sable. À l’une des entrées, il y a un petit resto bar qui sert directement sur la plage. Comme partout en République Dominicaine, il suffit de se signaler pour qu’ils sortent une table et des chaises et vous les amènent à l’endroit même où vous vous trouvez !

Dans l’eau par contre, la déception est assez grande, puisqu’on y trouve quantité de déchets, des habits, des chaussures et bien sûr du plastique à profusion. Il faut s’éloigner un peu à la nage pour mieux apprécier la transparence de l’eau.

Playa de Los Guardias

La petite route qui longe la première plage mène directement à la deuxième, la Playa de Los Guardias. Celle-ci possède un petit terrain de beach-volley, les arbres en nombre recouvrent toute la plage de leur ombre. Un peu à l’écart, elle est donc automatiquement moins fréquentée. Un meilleur choix si vous voulez éviter la foule !

Playa de Los Muertos

La dernière plage n’est accessible qu’à pied, depuis la plage de los Guardias. Totalement cachée par la végétation, Playa de los Muertos est la plage la plus sauvage, mais aussi sans doute la plus belle de la ville.

Les autres plages de Rio San Juan

Ça, c’est pour les plages officielles. Sinon, au niveau du Mural fotográfico Río San Juan, il y a aussi un petit banc de sable, on y a vu des enfants se baigner. Il y a aussi un accès à la mer du côté du point nommé Parque Acapulco sur Google Map, puis plus bas encore vers le Muelle Pesquero y Turístico Río San Juan. Toutes ces plages sont accessibles à pied depuis le centre.

Le Barrio Acapulco

Depuis le Parador fotográfico Rio San Juan, les lettres de couleur à l’effigie de la ville, dirigez-vous vers le quartier d’Acapulco. Il s’agit de toute la zone située au sud-ouest de Rio San Juan. C’est dans ce quartier que vous trouverez le plus de maisons colorées et de peintures sur les murs. L’ambiance y est vraiment tranquille, les gens sont plutôt accueillants, et les enfants saluent avec un grand sourire l’étranger de passage.

On a passé que quelques jours sur place et avec du recul, on se dit qu’on serait bien resté plus longtemps ! Cette ville est une destination idéale pour apprécier la vie locale, loin du tourisme de masse. Une fois garé près de votre hébergement, vous verrez que tout peut se faire à pied dans la ville, ce qui est appréciable, surtout en République Dominicaine.

On trouve plusieurs banques sur place, il y a plein de restaurants, du petit boui-boui local au resto traditionnel. Il y a aussi beaucoup d’hébergements qui ne sont pas répertoriés sur Booking.

Playa Caleton

La playa Caleton est la plage la plus connue du coin. Elle est située à 4minutes à peine en voiture depuis le centre-ville. L’entrée est indiquée depuis la route. En plus de la pancarte, il y a un petit resto pour se repérer. Au bout de la route en terre, il y a deux ou trois grands emplacements pour les voitures. On peut se garer et prévoir un petit pourboire pour ceux qui gèrent la circulation sur place.

Cette plage est littéralement bondée. Il y a plusieurs petits restos locaux, et là encore, on peut s’installer où on veut sur la plage, ils apportent la table et les chaises et c’est vous qui choisissez l’emplacement ! On trouve le concept assez drôle, mais du coup la plage est squattée par des dizaines de familles attablées. La musique, comme à son habitude en République Dominicaine, est à fond sur la plage et sur les parkings. L’eau est turquoise et le cadre est joli, avec un petit ilot juste en face avec 3 statues, le Mogote de Playa Caleton.

El Pontón

Depuis la playe Caleton, on peut emprunter l’escalier en dur sur la gauche et rejoindre la petite plage secrète Playa de los Enamorados. Le chemin mène aussi à El Pontón, un accès à un bras de mer entouré de mangroves. Sur les photos trouvées sur internet, on peut y voir des balançoires sur l’eau et une eau turquoise. Lors de notre passage, il n’y avait plus de balançoires, et l’eau était plutôt opaque et verdâtre. Ça doit dépendre de la saison.

Si vous prévoyez de venir à Playa Caleton et à El Pontón, on vous recommande de venir très tôt le matin, histoire d’en profiter un peu !

La Playita Grigri

Entre Rio San Juan et la Playa Caleton, il y a une autre petite plage, la Playita Grigri. Elle a l’air magnifique, mais on n’a pas su comment s’y rendre, sans doute à pied depuis le quartier La Gallera Vieja.

La Piscina natural

Un peu plus loin sur la route, il y a une route en terre qui part sur la gauche avec un muret où il est inscrit « Ocean Blue« . C’est l’entrée pour se rendre à la Piscina Natural. Comme son nom l’indique, c’est une grande crique avec une eau transparente. Sous l’eau, on est comme dans une baignoire, la visibilité est vraiment bonne ! Si vous êtes dans le coin, ne ratez pas cet endroit ! Comme il n’y a pas de plage, les gens squattent sur les dalles et les marches de l’escalier. Pour se garer, il n’y a pas de parking, donc il faut trouver une place le long du chemin en terre. Prévoyez d’y aller tôt si vous voulez avoir une place ! Là encore, des jeunes s’improvisent agent de circulation et donc attendent un pourboire en retour.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.