Que faire a Pakse : le temple Vat Phou

Le Wat Phou ou un petit Angkor au Laos

Le Wat Phou, ou Vat Phou, ou encore Wat Phu, perché en haut de la colline des monts Pasak, est situé à une cinquantaine de kilomètres au sud de Paksé au Laos, dans la région de Champassak. Le Vat Phou a été disputé entre le Laos et le Cambodge et vu la beauté du site, on comprend pourquoi.

wat phou Paksé

L’histoire du Vat Phou

Il a été édifié sous le règne de Suryavarman I et II, ce dernier étant celui qui a fait construire Angkor Wat. La ressemblance avec les temples d’Angkor du XIIe siècle est donc toute naturelle. L’histoire nous enseigne d’ailleurs qu’à l’époque, une route rejoignait directement Angkor au Vat Phou. Le site en lui même date apparemment de bien avant, du Ve siècle. Le lieu est donc chargé d’histoire et de sens pour beaucoup de locaux qui viennent y prier. Vat Phou est d’ailleurs inscrit au Patrimoine mondial de l’humanité.

La route depuis Paksé

A partir de Pakse, la route est plutôt simple. Il faut prendre le pont et la route 16W au nord Ouest de la ville, tourner directement à gauche en direction du sud, et au bout de quelques dizaines de kilomètres, on tombe sur un croisement qui mène à gauche au village de Champassak, et à droite vers le Vat Phou. La route est longue mais à mesure qu’ on s’éloigne de Pakse, elle devient de plus en plus belle, avec le Mekong et des temples sur la gauche, des rizières et des montagnes sur la droite.

wat phou

Wat Phou

Vat Phou

Le tarif d’entrée et le scooter

L’entrée sur le site coûte 50 000 kips + 5000 kips pour garer le scooter (prix début 2016). Le site est ouvert de 8:00 à 18:00

C’est ici, sur ce parking du Vat Phou, pourtant surveillé, qu’ont lieu la plupart des crevaisons de pneus. La soit disant gentillesse légendaire des laotiens en prend un coup lorsqu’on apprend que oui, volontairement des locaux visent les scooters des touristes pour en crever les pneus, par simple amusement, haine du touriste, ou pour vous envoyer ensuite chez l’oncle réparateur qui vous remplacera la chambre à air pour 25-30 000 kips. Comme le souligne les loueurs de scooter eux mêmes, notamment Miss Noy, cela arrive trop fréquemment pour que ce soit un hasard.

Ce n’est pas très grave car sur la route du retour, à même pas 2 km se trouve cet « oncle » réparateur de deux roues. Il vaut mieux se faire crever le pneu que de se le faire voler, donc il faut impérativement cadenasser les roues dès qu’on quitte le scooter.

Sur la route, vous trouverez de nombreuses échoppes qui vendent des bouteilles d’eau fraîches, indispensables avant d’arriver, d’autant plus que sur place ça coûte plus que le double.

Les palais, les barays et le Nandin Temple

Le site est immense, à l’entrée vous trouverez des magasins, des tables et des bancs pour vous poser et bien sûr des toilettes. Il y a également un petit musée qui retrace l’histoire des lieux. Une fois rentré à l’intérieur du site, un véhicule à touristes pourra vous emmener gratuitement jusqu’au pied de la colline en traversant les deux barays (bassins), ce qui vous fera gagner une centaine de mètres. A pied, après être passé entre les deux anciens palais,  on longe les restes du Nandin Temple et on franchit  une passerelle dallée avec des dizaines de bornes en pierres avant d’arriver au pied de la colline. Les deux palais ou ce qu’il en reste peuvent se visiter. A l’intérieur, c’est vraiment exactement comme les temples d’Angkor.

wat phou

Wat Phou

wat phou

wat phou

wat phou

wat phou

Vat Phou

Vat Phou

Vat Phou

Vat Phou

Le sanctuaire du Vat Phou

Là commence une rude ascension d’une centaine de marches jusqu’en haut de la colline. La montée est assez fatigante, vu la chaleur ambiante. Dès les premiers paliers on a de beaux points du vue sur les ruines en contrebas. Après ces dizaines de marches, on arrive enfin tout en haut, presque nez à nez avec le sanctuaire qui est entretenu et qui est encore un lieu de prière pour les locaux. On trouve tout autour différentes ruines, un monastère, des sculptures sur pierre, des statues, une vue incroyable sur les alentours, et une source d’eau pure pour se rafraîchir.

Vat Phou

wat phou

Vat Phou

Vat Phou

Vat Phou

Vat Phou

wat phou

Vat Phou

Vat Phou

Vat Phou

Vat Phou

Vat Phou

Vat Phou

Vat Phou

Vat Phou

Vat Phou

La balade peut prendre la journée si on veut en profiter, méditer ou se reposer. Tout dépend bien sur du jour et de l’heure, mais lors de notre passage les lieux étaient déserts. Ça change des temples d’Angkor!

Conclusion, le Vat Phou ne peut pas être évité si l’on vient dans la région, même si on revient du Cambodge et qu’on a déjà vu des dizaines de temples khmer, il vaut largement la cinquantaine de kilomètres parcourus jusque là. A ceux qui ne sont jamais allé à Angkor,il en donnera un aperçu, et pour les autres, il ravivera vos souvenirs du Cambodge. De plus,  le chemin pour accéder au Vat Phou est vraiment dépaysant. Les nombreux temples que l’on croise en route permettent de se poser sur les rives du Mékong. C’est le même type de paysages qu’on retrouvera aux 4000 îles plus au sud, avec ces îlots éparpillés sur le fleuve.

Au retour, on peut enchaîner cette visite avec le celle du Golden buddha sur la route vers Pakse, ou aller au village voisin de Champassak.