Pamilacan

Pamilacan, un paradis sur terre

Pamilacan, c’est cette minuscule île visible depuis le sud de l’ile de Bohol au centre des Philippines.C’est un vrai paradis sur terre, l’ile satéllite la moins connue et la moins touristique de Bohol.

Pamilacan

On dispose de peu d’informations dans les guides, on trouve généralement plus d’informations sur des sites comme Trip Advisor.A travers cet article, on va essayer de vous apporter plus d’infos sur cette ile ou le temps s’est arrêté.

Pamilacan un spot de snorkeling

Pamilacan est parfois citée comme étant un des meilleur spots de snorkeling des Philippines.Pour notre part, nous sommes plus reservés sur le sujet.De manière générale, la qualité de l’eau dépend forcément du temps et de la période.Nous somme en mars, et à cette époque l’eau à Pamilacan est très trouble. Les coreaux sont visibles depuis la plage après 4 ou 5 minutes de nage à travers des herbes hautes qui en certains endroits cachent des serpents, avec une visibilité à 50 cm maximum, rendant la nage assez dangereuse et fatiguante.
Il y a ici pas mal de serpents mortels rayés noir et blancs, plein d’autres serpents de petite taille qui sortent leur têtes du sable en fin d’après midi.

Pamilacan

C’est vrai qu’à Pamilacan il y a beaucoup de coreaux dans le Coral Garden, peut etre plus qu’à Siquijor ou Apo par exemple, avec un tombant à une centaine de mètres du bord, mais on on ne croise que des petits poissons, et pour nous encore une fois la visibilité très moyenne gache un peu le spectacle.

Pamilacan

En général, les touristes se font emmener en petite bangka directement au dessus des coreaux, évitant ainsi les 5 minutes de nage.
L’ile est réputée des connaisseurs car elle voit passer des bancs de dauphins, baleines et requins baleines selon les saisons.

Pamilacan

Des conditions de vie difficiles

Sur l’ile, il n’y a pas d’eau courante et tout le monde dispose d’une bassine d’eau de mer pour les toilettes (pas de chasse d’eau) et d’une bassine d’eau douce pour se laver.En principe on dispose d’une bassine par jour dans les guest house.

Il y a de l’électricité de 18H à 00H uniquement, pas de ventilateur dans les chambres, du coca frais en journée dans les guest house, mais très peu d’eau, et une seule bakery sur l’ile, difficilement trouvable.

Pamilacan

Configuration de l’ile

Une des particularité de l’ile est son fort espagnol datant de deux siècles, tombant en ruine, et visible de loin.Juste en face, on peut visiter une très belle église couleur bleue ciel qui se fond parfaitement dans le paysage.

Pamilacan

Derrière l’église, un chemin cimenté traverse le village au milieu sur environ 1km et part au sud de l’ile vers le village de pécheur.En chemin on croise de nombreuses habitations très modestes.
Un deuxième chemin traverse le village vers la droite, longe la mer sur tout le versant Est de l’ile, avec une très belle plage.
Finalement tous les chemins se rejoignent.Il n’y a pas vraiment de view point sur l’ile car l’ile est relativement plate.

Pamilacan

Il y a environ 1500 personnes habitants sur l’ile selon les locaux et tous les soirs, il y a plusieurs karaokés sur l’ile, et les touristes sont les bienvenus.

Pamilacan l’ile aux baleines

Wing Wing, le gérant du nita’s nuta huts nous apprend que le mot Pamilac c’est le nom philipin pour désigner la peche au requin baleine.Le nom de l’île vient donc directement de cette tradition typiquement philippine.
L’histoire de ces marins tueurs de requins est assez incroyable. Cette pratique a été interrompue de force par le gouvernement philippin en 1985.A la place, ce dernier a suggeré aux habitants de créer des activités touristiques (dolphin watching, whale shark watching), pour que toute l’ile puisse en bénéficier.
Le gouvernement a envoyé des émissaires pour éduquer et convaincre la population locale du bienfait du tourisme, et des dégats causés par la peche au requin baleine.
Comme l’explique wing wing, le tourisme a permis de construire une école ou les enfants peuvent désormais apprendre à lire et à écrire gratuitement.
Les professeurs viennent de l’ile de bohol par bateau chaque matin, une maison est amenagée pour eux s’ils restent sur place.

En discutant avec Wing Wing, un bonhomme trapu et au crane rasé, on apprend beaucoup de choses sur la vie locale.

Pamilacan

L’hébergement sur l’île de Pamilacan

Sur trip advisor les éloges sont nombreux sur Nemesia et junior .
Nous avons dormi chez eux une nuit, des bungalows sommaires mais propres.La nuit est à 750 pesos par personne avec le petit dej et le diner, sinon 1000 pesos avec trois repas, et on peut louer une maisonette pour 1500 pesos.

Pamilacan

A nita’s nuta huts, à quelque mètres de là, c’est 750 pesos par tete, avec tous les repas.Et c’est ici que vous aurez véritablement les « pieds dans le sable »

Pamilacan

Sur Pamilacan, il y a un resort, et près de 5 ou 6 petits cottages « familiaux », chacun disposant de plusieurs bungalows sur la plage, ou à quelques mètres à peine.Vous pouvez donc arriver là sans forcément reserver.Et le temps est si clément qu’on peut tout à fait dormir à la belle étoile.Le problème est de venir jusque là, mais on peut toujours demander au Port de Baclayon à des pecheurs si jamais vous ne souhaitez pas passer par la navette d’une guest house.

Les guest houses en front de mer proposent l’excursion pour les dauphins en matinée, les requins baleines en journée, à 500 pesos pour le nita’s nuta huts, 1000 pesos pour le junior and nemezia’s cottage.
Et le nita’s nuta huts ne fait pas payer si les gens ne voient pas les dauphins ou les requins.Les autres guest houses facturent apparemment quoiqu’il arrive.

Pamilacan

Comment se rendre sur Pamilacan depuis Bohol

Il faut prendre un Jeepney devant le Plaza Rizal Park devant la cathédrale de Tagbilaran.Le trajet coute 8 pesos par personne jusqu’au port Baclayon. On peut par exemple contacter la guesthouse « Junior and Nemesia » via un site de reservation (booking ou agoda) pour qu’ils viennent nous chercher au port ou demander aux pécheurs sur le quai.Le trajet en bateau coute entre 1000 à 1500 pesos

Pamilacan

Les plages de Pamilacan

L’ile dispose de trois plages principales, celle par laquelle on arrive, avec le Coral Garden, face aux guest house.
A l’ouest de l’ile, on trouve derrière le cimetière le marine sanctuary ou il faut payer 200 pesos par personne pour y nager.Des gardes cotes ou pecheurs surveillent les touristes.
Sur tout le versant Est, la mer est beaucoup plus agitée, mais la plage, longue de plusieurs centaines de mètres est magnifique et complètement deserte.
Tout au sud de l’ile,  le village des pecheurs s’eparpille sur toute la cote avec des dizaines de maisons en paille et en bambou très rustiques.Ici les villageois vous inviteront à venir chanter et boire l’alcohool local avec eux.La mer ici est agitée et peu propice à la baignade.

Pamilacan

Comment se rendre sur Pamilacan depuis Bohol

Il faut prendre un Jeepney devant le Plaza Rizal Park devant la cathédrale de Tagbilaran.Le trajet coute 8 pesos par personne jusqu’au port Baclayon. On peut par exemple contacter la guesthouse « Junior and Nemesia » via un site de reservation (booking ou agoda) pour qu’ils viennent nous chercher au port ou demander aux pécheurs sur le quai.Le trajet en bateau coute entre 1000 à 1500 pesos

Pamilacan
Pour vous aider dans votre recherche, Virtual Trip a crée un moteur de recherche pour vos vols

Laissez un commentaire