Le parc d’Ueno, Tokyo

Le parc de Ueno onshi kōen

Un parc monumental

Le parc de Ueno est situé à l’est de Tokyo au Japon. Il marque la frontière Est du quartier de Ueno et constitue sans aucun doute la raison principale de la venue de millions de touristes dans cette partie de la ville. Le parc qui a été fondé sur le site de l’ ancien temple Tōeizan Kan’ei-ji Endon-in, aurait appartenu à la famille impériale, avant d’être léguée à la ville au début du XXe siècle puis ouverte au public dans la seconde moitié du XXe siècle.
D’une très grande superficie, sa visite prend plusieurs heures et la marche peut être fatigante : il y a énormément de monde et ce, dans toutes les parties du parc. Lors de notre passage, nous y avons vu un petit village pour enfant avec de nombreux stands, juste à côté un grand attroupement autour de danseurs dont certains habillés en habits traditionnels, des démonstrations diverses (jongleurs, chants etc.), bref, les lieux sont très vivants.
Malgré les grandes artères du parc,  ses nombreuses allées qui partent dans tous les sens font qu’il est au début assez difficile de se repérer. Si vous prévoyez de visiter certaines parties précises du parc (temples, musées etc) un gps sur son téléphone peut s’avérer utile.

Les différents type de parc de Tokyo

Dans Tokyo on trouve différents type de parc : des petits espaces vert de quartier, des jardins japonais payants comme le Rikugien ou gratuit comme le parc de Hiro-o Arisugawa nomiyakinen kôen, de étendues de verdure comme le Shinjuku gyôen, des fôrets comme le Yoyogi kôen ou le Todoriki keikoku. Le parc de Ueno est un peu une exception dans le sens où c’est le seul où l’on trouve autant de temples et de grands bâtiments. Ce n’est donc pas un havre de paix où l’on vient pour méditer ou faire une sieste !

Le cache misère de Tokyo

Le parc de Ueno est réputé pour être le cache misère de la capitale, là où vont se réfugier tous les sdf et les fous en liberté de la ville. Il y en a également dans certains couloirs extérieurs de la gare, bien cachés. Lors de mon passage en 2001, il m’avait semblé en voir beaucoup plus. Ceci dit, il n’y en pas non plus au point d’en être choqué ou dérangé. Ceci rassurera sûrement les occidentaux qui verront que même au Japon, il y a des laissés-pour-compte !

Nous allons voir maintenant quelques unes des attractions principales du parc.

En plus de ces trois temples cités, il existe plus haut dans le parc d'autres temples ou sanctuaires de moindre importance.

Les temples du parc d’Ueno

Les principaux temples à voir se situent sur l’aile gauche du parc. Lorsque l’on pénètre dans le parc depuis le quartier de Ueno, le plus simple est de rester sur l’allée de gauche.

Kiyomizu Kannon-dō

Le premier temple que l’on peut visiter se trouve sur la droite du chemin. Le Kiyomizu Kannon-dô a été construit à partir du modèle de Kyomizudera à Kyoto. Datant du XVIIe siècle, c’est l’un des plus vieux de la capitale. Il est assez petit, avec une petite terrasse et un magnifique arbre dont les branches forment un cercle presque parfait.

parc d'ueno

parc d'ueno

parc d'ueno

parc d'ueno

En continuant sur le chemin, sur la gauche, on tombe sur un ensemble de petits temples comme le sanctuaire shinto Gojoten, Ana Inari et bien d’autres. Il y a également un passage avec quelques torii rouges qui ne sont pas sans rappeler le Fushimi Inari à Kyoto.

parc d'ueno

Ueno Daibutsu

Un peu plus haut, on peut admirer le Ueno Daibutsu : plusieurs séismes et autres dégradations ont complètement détruit un bouddha géant de bronze de l’époque Edo, dont il ne reste aujourd’hui que le visage. Celui-ci est exposé juste à côté d’une pagode dont la forme rappelle les pagodes tibétaines ou birmanes.

parc d'ueno

parc d'ueno

parc d'ueno

Sanctuaire de Toshogu

Le temple de Toshogu dont dont la porte est recouverte de feuille d’or, est sans doute le plus beau temple du parc. Bâti au XVIIe siècle. L’allée qui y mène est bordée de nombreuses lanternes de pierre, et on aperçoit en chemin la pagode à 5 étages, Kyu Kan’eiji gojûnotô. La pagode se trouve en dehors du sanctuaire, il faut donc faire le tour pour la voir de près. Le sanctuaire de Toshogu est classé Trésor national.

parc d'ueno

parc d'ueno

parc d'ueno

parc d'ueno

parc d'ueno

parc d'ueno

parc d'ueno

parc d'ueno

En plus de ces trois temples cités, il existe plus haut dans le parc d’autres temples ou sanctuaires de moindre importance.

Les musées du parc d’Ueno

On trouve également de grands musées éparpillés dans le parc : le Musée national de Tokyo, le Musée national de la Nature et des Sciences de Tokyo, le Musée national de l’art occidental ou encore le Musée Shitamachi. Les bâtiments sont d’apparence moderne, assez imposants et ils marquent les limites du parc.

Dans la partie sud-est du parc, il y a aussi un autre gros bâtiment qui abrite une salle de concert, la Bunka Kaikan de Tokyo.

En plus de ces trois temples cités, il existe plus haut dans le parc d'autres temples ou sanctuaires de moindre importance.

En plus de ces trois temples cités, il existe plus haut dans le parc d'autres temples ou sanctuaires de moindre importance.

Le zoo de Ueno

Le zoo de Ueno à l’entrée monumentale est apparemment le plus vieux du Japon. Il abrite 10 000 animaux et presqu’autant d’espèces différentes. L’ entrée se trouve pas loin du Musée National, à l’extrémité Nord-Ouest du parc.

L’étang Shinobazu

L’étang Shinobazu occupe toute la partie Sud-Ouest du parc. Un peu excentré puisqu’il se trouve de l’autre côté d’une avenue,  il faut trouver le petit pont en chemin qui permet d’y accéder.

Le meilleur moment pour visiter le parc de Ueno

Le parc de Ueno, comme la majorité des endroits au Japon, révèle toute sa beauté lors de la floraison des sakuras aux mois de mars-avril. C’est sans doute à ce moment là qu’il y a le plus de monde, mais déjà hors période, le parc est ultra-fréquenté et reste une attraction à faire dans la ville.

Comment se rendre au parc de Ueno ?

Lorsque vous êtes dans la gare de Ueno, il faut sortir du côté de la gare de Keisei Ueno ou prendre les sorties qui indiquent le parc. L’entrée sud permet d’emprunter directement l’allée de gauche qui mène aux temples et à l’étang.

Une carte pour mieux vous repérer à Tokyo

N »hésitez pas à consulter notre carte My Maps sur laquelle on a listé tous les endroits cités dans nos articles et bien d’autres qu’on n’a pas eu le temps de visiter.

Pour pouvoir l’utiliser ensuite hors ligne sur son téléphone, reportez vous à notre petit tutoriel sur le sujet.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top