Fushimi Inari Taisha, Kyoto

Fushimi Inari Taisha et ses milliers de toriis

Fushimi Inari est sans doute le sanctuaire le plus connu du Japon, c’est en tout cas le plus vaste sanctuaire Shinto du pays dédié à Inari Kami. Des milliers de portes rouges traçent le chemin à travers la montagne Inari, menant à de nombreux temples éparpillés. La visite de ce complexe prend plusieurs heures en faisant l’aller-retour de la base au sommet de la montagne. Nous avons mis à peu près 3 heures pour faire l’aller-retour, avec de nombreuses pauses photos. Bâti à l’origine au VIIIe siècle, sa porte principale date du XVe siècle, et depuis le XVIe siècle les toriis rouges se sont multipliées grâce à des donateurs particuliers ou des entreprises afin d’obtenir la faveur des dieux. Fushimi Inari est le lieux de plusieurs festivals dans l’année, dont le Hatsu-uma  en février et Motomiya au mois de juillet.  Durant ces fêtes des centaines de lanternes éclairent tout le temple, il peut être particulièrement intéressant de le visiter à ce moment là.

La visite du sanctuaire Inari est gratuite, et les lieux restent ouverts même la nuit!

L’entrée au Fushimi Inari: Romon

L’entrée au site, qui se trouve vraiment à quelques mètres à peine de la sortie de train sur la JR NaraLine, débute par une longue allée marquée par une torii rouge immense. Au bout de cette allée, on peut se purifier à l’entrée du très beau Romon, dont l’architecture est semblable à beaucoup d’autres temples de Kyoto. Il y a ici les principaux et les plus grands temples du sanctuaire. Tous ceux qu’on trouve dans la montagne ne sont que de minuscules petits lieux de prière.

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Le début des escaliers : Tamayama Inarisha

En passant par la gauche, des escaliers mènent au début du sentier qui démarre juste à côté d’un autre petit temple, le Tamayama Inarisha. A partir de là, on est plongé dans une ambiance mystique sous des dizaines de très grandes toriis.

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Senbon Torii

Au bout d’une dizaine de mètres, on tombe sur l’endroit le plus connu du site, Senbon Torii, « passage aux milles torii » : c’est là que le chemin se sépare en deux sur quelques dizaines de mètres, et la symétrie des deux chemins donne l’impression d’un mirage. Ceux qui montent doivent prendre à droite, et ceux qui redescendent reviennent par le couloir de gauche. En venant ici à 6-7 heures du matin, vous pourrez être pratiquement seuls sur les lieux. A partir de 8-9 heures, cet endroit est tout simplement noir de monde.

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi kandakara

Les deux chemins se rejoignent au bout de ces deux couloirs, et de là démarre la petite randonnée dans la montagne. Très vite, un chemin s’écarte du tunnel de toriis et mène à un tout petit temple complètement isolé, le Fushimi kandakara. En chemin vers ce temple, on traverse une forêt de bambou.

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Des temples à l’écart

En chemin il y a comme ça pas mal de petits sanctuaires Shinto comme ce minuscule petit temple (photo ci dessous). De là, on peut facilement voir l’enfilade sans fin des toriis.

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Shin Ike Pond et Kumatakasha

Plus loin dans la montagne, tout en longeant l’escalier, on tombe sur un très beau petit sanctuaire shinto, à l’ombre des arbres , avec une atmosphère un peu mystique. Les pierres ici se fondent complètement dans le décor. Juste au dessus se trouve le petit temple Kumatakasha et le petit étang Shin Ike, que l’on peut longer par la droite en passant au milieu de centaine de stèles.

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Les milliers de portes dans la montange

Tout le long de la randonnée, les portes sont omniprésentes. Il n’y a que quelques rares petits tronçons du chemin sans toriis. D’ailleurs, à mesure qu’on monte, le brillant des poutres vermillon s’atténue et on sent que l’entretien est plus difficile pour ces milliers de portes de plus en plus éloignées.

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Yotsutsuji, la dernière intersection avant le sommet

Peu après, on arrive à un premier view point, puis l’intersection Yotsutsuji où l’on a un deuxième view point sur la ville, et à partir de laquelle se forme une boucle, permettant d’attaquer le sommet par les deux côtés. Du côté gauche un escalier va directement et sans détour au sommet. Sur la droite l’escalier monte avec un faible dénivelé jusqu’au même point culminant en contournant la colline.

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

La montée en passant par San no mine, Ai no mine, Ni no mine

Le moins fatiguant est sans doute de prendre l’escalier de droite. Celui-ci fait un petit détour mais il est moins raide que l’autre. De quoi apprécier des centaines de toriis supplémentaires avant d’atteindre le sommet. On passe alors par des points appellés San no mine, Ai no mine, Ni no mine.

Fushimi Inari

Ichi no mine : le sommet

Ichi no mine désigne le point culminant de la colline Inari. Rien d’exceptionnel ici, encore un sanctuaire shinto et une pancarte indiquant discrètement « mountain top ».  Sans cette pancarte il serait difficile de désigner l’endroit comme le sommet car sur place, on a l’impression qu’on peut continuer à grimper. En fait le chemin reprend la boucle et redescend petit à petit vers l’intersection Yotsutsuji.

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

La redescente par Gozendani

Pour notre part, ayant pris la route de droite à l’intersection, nous avons poursuivi la boucle au sommet pour redescendre par Gozendani, un petit sanctuaire Shinto vraiment très beau. C’est un des plus jolis coins du site selon nous. On trouve sur ce chemin un restaurant où ils vendent des « inari sushi ».

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Fushimi Inari

Prévoir un itinéraire et sa sortie au Fushimi Inari

Il n’est peut-être pas nécessaire d’y aller dès 5 heures du matin, bien qu’il fasse jour très tôt au Japon. En vous levant un peu avant 6 heures, vous y serez facilement pour 7 heures. A cette heure là, il y a quelques touristes, mais la visite est largement supportable et comme on vous le montre avec nos photos, la plupart du temps on peut attendre un peu pour avoir une photo sans personne dessus.  Comme on l’a déjà signalé ailleurs, c’est au retour vers la gare, donc dès 9-10 heures que l’on voit débarquer des groupes entiers de touristes. Quand on repasse par le Senbon Torii, on se croirait à Disney Land tellement il y a du monde. Le silence et le côté mystique des lieux disparaissent alors complètement.  Prévoyez la visite de Fushimi Inari tôt le matin, sinon vous n’allez pas forcément apprécier de monter à la queue leu leu pendant 3 heures !!

Un plan pour vous repérer à Kyoto

Pour plus de commodités, voici un plan My Maps regroupant tous les points qui nous semblent intéressants. Les temples, les ruelles à visiter, tout est dans ce plan. Vous pouvez évidemment télécharger ce plan au format KML. Si jamais vous la modifiez et l’utilisez sur votre site, merci d’indiquer sa provenance !! Pour l’exporter sur son téléphone et s’en servir en voyage, on vous invite à consulter notre petit tutoriel sur le sujet.

Comment se rendre au Fushimi Inari ?

Le plus simple pour les porteurs du JR Pass, c’est de prendre la JR Nara Line. On atteint la station Inari en 5 minutes à peine et à la sortie on est à 10 mètres de l’entrée ! Le trajet est gratuit ou coûte 140 yens pour ceux qui n’ont pas le pass.
Autrement, on peut prendre le city bus 105, ou la ligne Minami n°5 depuis Kyoto Station jusqu’à la station Inari-Taisha-mae.De là il faudra marcher quelques minutes jusqu’au temple. Ce trajet prend au total 25minutes et coûte 230 yens.
En arrivant à la gare de Kyoto, vous verrez partout des prospectus avec le plan de Kyoto et derrière des indications sur les transports pour les principaux temples de la ville.

Fushimi Inari

Une Idée d’itinéraire

En quittant les lieux vers 10 heures, il vous restera alors la journée pour découvrir les deux autres grands temples de la zone, Sennyū-ji et Tōfuku-ji.
Pour notre part, nous avons rejoint Kyomizu-dera, déjà ultra bondé aux alentours de 11h-12h. Pour cela, il faut reprendre le JR Nara Line jusqu’à Tofukuji.
De là on prend un train de la Keihan Line jusqu’à Kyomizu Gojo. On marche ensuite tout droit 15-20 minutes jusqu’à Kyomizu-dera.
A partir de ce dernier temple, tout Higahiyama est faisable à pied, et même jusqu’à Ginkakuji.  Si vous choisissez cette option, vous arriverez à Ginkakuji certainement après 17 heures, le temple sera donc fermé.
Si vous avez plusieurs jours, mieux vaux rester dans le quartier de Gion et vister les temples de la zone, et réserver le chemin de la philosophie, Ginkakuji et les autres temples au nord de Gion pour un autre jour.

Walking in Fushimi Inari

Venez découvrir le Fushimi Inari à travers cette vidéo d’immersion qui retrace le sentier complet, depuis le sommet, jusqu’au niveau de l’entrée. Le retour qui prend environ 1 hure en réalité a été un peu écourté dans la vidéo.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top