Voyager à Cuba

Voyager à Cuba

Une île mythique

L’île mythique de Cuba se trouve dans la mer des Caraïbes, pas très loin de la Jamaïque et d’Haïti et de la République Dominicaine. Peuplée d’un peu plus de 11 millions d’habitants, c’est apparemment la deuxième plus grande île des Caraïbes en terme d’habitants.

Un héritage colonial

Colonie espagnole pendant près de 400 ans, l’espagnol est encore la langue officielle et l’architecture des villes témoigne de cet héritage colonial. De Cuba, nous n’avons vu que les deux principales villes touristiques, la Havane, capitale de l’île, et Trinidad, considérée par certains comme la plus belle ville coloniale. Vinales ne nous a pas paru « incontournable ».

Un patrimoine architectural, culturel et naturel

Mis à part ces trois principales « attractions » touristiques du pays, il y a  évidemment d’autres villes à découvrir comme Cienfuegos, Camaguey, Sancti Spiritus, Matanzas, des villages perdus ainsi que de nombreuses plages paradisiaques. Il ne faut pas oublier que Cuba est un archipel, avec d’innombrables îles qu’on appelle Cayo, au nord comme au sud. Il est à noter qu’à Cuba,  il y a énormément de cascades et de piscines naturelles, notamment du côté du Topes de Collantes. En chemin pour Varedero vous pourrez aussi trouver la Cueva Saturno, un cenote du même type que ceux qu’on peut voir au Mexique. A 19km de Playa Larga dans la Baie des Cochons, il y a aussi la Cueva de los Peces, un autre cenote à ciel ouvert.

Voici donc quelques éléments d’informations concernant l’île de Cuba.

Formalités d’entrée à Cuba

Le visa pour Cuba

Point de visa obligatoire pour Cuba, si votre séjour n’excède pas 30 jours . Il faut cependant vous procurer une carte touristique, qui fait office de visa, auprès du Consulat de Cuba ou une agence agrée. Cette carte permet de rester 30 jours sur place. Elle sera vérifiée aux aéroports.

Consulat : Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 12h. 14-16, rue de Presles, 75015 Paris. Tél. : 01-45-67-98-81 ou 55-35. Courriel : conscu@ambacuba.fr.
Agence agrée sur Paris : Novela Cuba : Du Lundi au Vendredi de 10h à 19h 14 Rue des Minimes 75003 Paris – France Prix: 25 -27 euros.

Les vaccins pour Cuba

Concernant les vaccins, aucun n’est obligatoire. Sont recommandés les vaccins classiques comme :

  • les vaccins universels (DTCP, hépatite B).
  • la typhoïde.
  • l’hépatite A.

Une attestation d’assurance médicale est cependant obligatoire et peut-être remise par votre banque ou l’organisme de carte de paiement. Dans notre cas, personne ne l’a vérifiée.

Tirinidad

Les prises électriques à Cuba

Les prises à Cuba sont de type A / B / C / L et le voltage est de 110 V ou 220 V. (fréquence 60Hz). Officiellement donc un transfo n’est pas de trop. En pratique, nous n’avons vu que des fiches de type A (2 fiches plates) comme au Japon ou aux Etats Unis. Par précaution, vous pouvez trouver un adaptateur universel comme celui ci. Nous avons rechargé GoPro, appareil Photo, téléphone et ordi sans problème.

Le Climat à Cuba

Le climat à Cuba est tropical, et il fait chaud toute l’année. Cependant à certaines périodes des ouragans très violents balayent l’île. Il est conseillé de partir à la saison sèche, de fin novembre à fin mai. Nous y sommes allés en basse saison, en septembre, et la température avoisine les 30 °. L’humidité est bien visible dans les habitations, mais elle est largement supportable. Avec un ventilo dans la chambre, on peut tout à faire faire son linge et le faire sécher en une nuit par exemple. Nous avons eu moins d’une heure de pluie en une semaine !

Playa Maria Aguilar

La sécurité à Cuba

Malgré la pauvreté ambiante, le taux de criminalité à Cuba est très faible. L’absence de drogue et d’armes fait de ce pays une destination sans danger. A toute heure du jour et de la nuit, nous avons pu déambuler dans les rues avec un gros appareil photo et son trépied, sans rencontrer le moindre stress. Et ce même dans des rues d’apparence malfamées.

Habana Vieja

Les arnaques à Cuba

Beaucoup de voyageurs alertent sur les arnaques à répétition à Cuba : pour notre part, nous n’avons subi aucune arnaque. On est au courant de la différence de monnaie, on accepte de payer en CUC, et si on peut payer en CUP tant mieux. Pour cela, on peut changer sa monnaie dans une Cadeca et viser les commerces locaux principalement. Les différences de prix sont énormes, et il suffit de se contenter de peu pour ne pas subir ce système monétaire pour le moins étrange (pizzas à 11 CUP, boules de pain à 30 centimes etc). Il faut penser à négocier les prix avant d’utiliser un service, avec les taxis par exemple. Si un prix n’est pas affiché, il faut le demander au préalable.

L’hygiène et la propreté à Cuba

Beaucoup de voyageurs parlent du manque d’hygiène des cubains, de leur absence totale de conscience écologique. Autour de Trinidad et sur toute la côté Sud de Cuba, les plages que nous avons vu étaient paradisiaques et très propres. A la Havane, il y a des poubelles en métal un peu partout. Par moment il y a des détritus et des déchets qui s’accumulent, mais rien de bien grave. Les Cubains ne sont pas particulièrement « sales » comme le sous entendent beaucoup de voyageurs. Renseignez vous sur les forums pour savoir quelles plages sont à éviter. Et si vous lisez des français critiquer la propreté des cubains, rappelez vous que les français aussi ont très mauvaise réputation à l’étranger concernant l’hygiène. Cette réputation ne vient pas de nulle part. Quand on entend des gens dire qu’ils se lavent une fois par semaine et que c’est normal, on pense que oui le français est très mal placé pour parler d’hygiène, d’autant plus que lui a les moyens de se payer un savon !

calle San Rafael

Les Cubains

Pour notre part, nous avons adoré le peuple Cubain, sans faire de généralité. Nous n’avons rencontré aucun désagrément avec la population, nous n’avons ressenti aucune insécurité, aucune agressivité. Comme ils se plaisent à le dire eux-mêmes, Cuba est l’île la plus sûre d’Amérique. Pour peu qu’on parle espagnol, le courant passe très facilement. A la Havane et Trinidad, et certainement dans tous les points touristiques de l’île, vous rencontrerez de nombreux rabatteurs, mais on les a trouvé très corrects. Ils n’insistent pas, contrairement à bien des pays. Un « no, gracias », suffit à ce qu’ils vous laissent tranquilles. Concernant les origines ou l’apparence des cubains, certaines sources nous rappellent que les blancs sont plus nombreux sur l’île. Pourtant notre impression en visitant la Havane et Trinidad est qu’il y a au contraire une large majorité de métisses. D’apparence, la population ressemble en tout point à celle de Carthagène des Indes en Colombie.

Habana Vieja

La pauvreté à Cuba

Une pauvreté qui saute aux yeux

Partout où vous irez, mis à part dans les hôtels de luxe ou autour des places historiques, la pauvreté vous sautera aux yeux. Ce qui accentue cette impression c’est surtout l’état de délabrement généralisé des habitations. A la Havane notamment, tous les immeubles sont abîmés par le temps et peu entretenus. Beaucoup sont même en ruine ! Les voitures sont dans l’ensemble très vieilles. Cette usure apparente est aussi ce qui fait le charme des villes coloniales cubaines.

Le niveau de vie des cubains

La majorité des cubains est très pauvres avec un salaire mensuel moyen situé entre 15 et 25$. A Trinidad, des grands mères parfois sollicitent le touriste non pas directement pour de l’argent mais pour qu’on leur achète des savons ou du dentifrice. En dehors de cette majorité, certains de nos hôtes en casa particular nous ont avoué s’en sortir plutôt bien, grâce à la location de leurs chambres. Et bien sûr, comme dans tout système pyramidal il y en a toujours qui s’en sortent mieux que les autres. Le Cubain de la rue, tel que nous l’avons vu, n’est pas jaloux ou haineux envers le touriste. A aucun moment nous n’avons eu l’impression d’être des portefeuilles-sur-patte, comme c’est le cas dans de nombreux pays pauvres. Cette pauvreté, bien réelle, ne nous a pas choqué. Comme on le dit en préambule de nos articles, la pauvreté à Cuba rime avec débrouillardise et humilité et non avec violence, vol ou crime.

Habana Vieja

Conclusion sur Cuba

De notre point de vue donc, Cuba est une île à visiter. Ceux qui ont déjà parcouru l’Amérique du Sud y verront beaucoup de points communs : l’architecture ou l’urbanisme des petites villes, la langue, bref tout l’héritage colonial qui a uniformisé certains aspects de cette partie du monde. Nous sommes littéralement tombés sous le charme de la Havane, Trinidad, l’eau bleue turquoise de la mer des Caraïbes, et bien sûr, du peuple Cubain.

Rejoindre la Havane depuis l’aéroport

On a lu plusieurs fois qu’entre le moment de l’atterrissage et la sortie de l’aéroport il faut compter jusqu’à 2 heures. Si vous voyagez avec un bagage que vous pouvez prendre avec vous dans l’avion, vous sortirez beaucoup plus rapidement. Retirez un peu d’argent à l’aéroport mais pas trop, les commissions étant plus importantes qu’en ville.

A la sortie de l’aéroport vous pourrez trouver un taxi jaune ou une vieille voiture américaine. Tous s’alignent sur le même prix. Le trajet dure environ 30 minutes. Difficile de négocier.
A une vingtaine de mètres de la sortie, il y a des toilettes publiques et des stands pour manger. Le sandwich est à 2,20 CUC, le café à 0.65 CUC, et les cigarettes Hollywood rouges à l’intérieur de l’aéroport sont à 1,30 CUC.

 Depuis l’aéroport, le trajet jusqu’au centre de la Havane coûte CUC.
 Depuis la Havane, le retour à l’aéroport est négociable à 20 CUC.

Centro Habana streets

Le budget à Cuba

Voici quelques exemples de prix pratiqués à Cuba, notamment à la Havane.

Des exemples de prix

L’hébergement

Les casas particular vont de 10 à 20 euros en moyenne. Au delà on trouve des hébergements plus que corrects.

La nourriture

  • Les petits déjeuners, dans les petits restaurants qui en proposent, vont de 4 à 6, 7 CUC. En moyenne, tous s’alignent sur le tarif moyen de 5 CUC.
  • Bouteille d’eau : de 45 centimes à 1.5 CUC selon qu’on les prend dans la rue, une supérette ou un restaurant.
  • Une pizza individuelle à la Havane : 20 CUP dans la calle Obispo, 11 CUP à l’avenue Maximo Gomez.
  • Un hamburger dans un restaurant de type local : 1.5 CUC.
  • Le paquet de cigarette : les Hollywood 1,30 CUC, les Upmann 70 centimes. On peut trouver des Marlboro mais pas partout.
  • Dîner dans un restaurant italien : 7 CUC le plat.
  • Le jus de fruit dans des endroits un peu chic est à 4 CUC et le café à 3 CUC,
  • Le café pris à des locaux dans la rue, même pas 10 CUP.
  • Des boulettes de pains dans une boulangerie locale, 0.30 CUP.

Les transports

  • Le taxi du Capitole au terminal de bus Viazul, de 10 à 15 CUC. Le trajet inverse en bus public coûte 1 cup, soit 250 fois moins cher !!!
  • En taxi du centre de la Havane jusqu’à l’aéroport : 20 CUC.

Les retraits d’argent

Pour retirer ou changer vos CUC en CUP à la Havane, rendez vous dans la calle Obispo ou à la Plaza San Francisco par exemple.

L’argent à Cuba

A Cuba, on paye en CUC (1 CUC= 1$) ou en CUP (1 CUC = 25 CUP). Sur place, on parle de pesos dans les deux cas.

Le bureau de change à l’aéroport

Dès votre arrivée à l’aéroport, vous aurez la possibilité soit de retirer dans l’un des distributeurs, soit d’échanger vos euros contre des CUC dans le bureau de change (retrait maximum : 150 cuc, avec environ 3% de charge). Pour 100 euros, vous obtiendrez 112,30 CUC. Pour 50 euros, vous aurez 56,30 CUC (2018).

Le bureau de change de l’aéroport est censé avoir des euros. Lors de notre retour, ils n’avaient que 20 euros en tout et pour tout. Pensez donc à vraiment tout liquider avant de partir car la monnaie cubaine ne s’échange nulle part. Il y a des stands face à l’aéroport (à l’extérieur) : le sandwich est à 2,20 CUC, le café à 0.65 CUC, et les cigarettes Hollywood rouges à l’intérieur de l’aéroport sont à 1,30 CUC.

Payer en CUP lorsque c’est possible

On n’a pas tenté ici, mais en principe tout bureau de change peut vous changer vos CUC en CUP. Une fois à la Havane, visitez les commerces locaux pour avoir une idée des prix des choses. En ne visant que les commerces locaux vendant en CUP, Cuba n’est réellement pas cher du tout !! (pain, pizza, jus, glaces, café etc).
Il y a une cadeca (bureau de change) entre autre à la calle Obispo et Plaza de San Francisco dans le Habana Vieja.

Les différents types de monnaies

Pour savoir quelle monnaie vous avez sur vous :

  • Les CUC (monnaie pour touristes) ont la mention « pesos convertible » et ont une image de monument. les pièces en CUC également
  • Les CUP (monnaie locale) n’ont pas la mention « pesos convertibles » et ont des images de personnages historiques. 

Ne changez pas trop de CUP !

Ne changez pas d’emblée 20 euros en CUP par exemple, car cela représente près de 500 CUP. Pour avoir un ordre d’idée, une pizza locale coûte à la Havane de 11 à 20 CUP. Imaginez le nombre de pizzas que vous devrez manger pour liquider votre argent !!! Un trajet en bus local coûte 1 CUP et la boulette de pain dans une boulangerie locale, 30 centimes de CUP !!

Payer en CUP ou en CUC ?

Le CUC est accepté partout en principe, c’est la monnaie officielle pour tout ce qui concerne les touristes. En tant qu’étranger, on peut payer certaines choses en CUP, mais c’est limité. Le taxi par exemple, le bus viazul ou les hôtels ne sont payables qu’en CUC lorsqu’on est touriste. En gros les prix annoncés dans les lieux touristiques sont toujours en CUC.

Par contre, les supérettes et tout autre commerce fréquentés par des locaux, vous pouvez payer en CUP.

A aucun moment des commerçants ont tenté de nous arnaquer. Si on paye en CUC il nous rendent la monnaie en CUC. Si vous payez en CUP, ils vous rendent la monnaie en CUP.
Une fois on a acheté du pain en CUC, alors que la dame nous annonçait le prix en CUP.  Elle nous a rendu comme elle le pouvait, une partie en CUC, l’autre en CUP.
Voyant qu’on y perdait un peu au change (20 centimes d’euro)  on a finalement repris nos CUC et on lui a donné des CUP. Aucun problème. Les Cubains sont honnêtes.

La taxe de sortie à l’aéroport

On peut lire sur certains sites qu’il y a une taxe d’aéroport de 25 CUC à payer. Celle-ci n’est plus d’actualité, la taxe est comprise dans le billet d’avion.

Voyager à Cuba

  1. Félicitation pour votre comte rendu,clair,simple,vrai,cela change de tout le négatif que l’on peut lire sur les forums!
    Pas de jugement(pour une fois!) ,juste votre expérience,qui pourra vraiment aider le futur voyageur.
    Merci pour nos amis cubains,qui ne méritent vraiment pas certains propos les concernant
    Je vous souhaite de très beaux voyages ,quand à moi je prépare mes valises (une nouvelle fois) pour aller en la Tierra Linda !!

    très belles photos!

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Top