Lac Inle: le Ywa thit Monastery

Que voir et que faire autour du lac Inle ?

Nyaungshwe en Birmanie, le village le plus proche du célèbre lac Inle, mis à part la croisière en barque sur le Lac, et pour une approche moins touristique, on peut simplement louer un vélo et parcourir la région pour découvrir une campagne vraiment attachante et voir quelques temples hors du commun.

Se balader à vélo autour du Lac Inle

La balade en vélo tout autour du Lac Inle et de Nyaungshwe restera à coup sûr un moment fort de votre séjour en Birmanie. On est pour une fois totalement libre d’aller ou l’on veut ! Voici une carte montrant « grosso modo » un parcours à faire :

Le Kyaut Phyu Gyi Pagoda

En partant tot le matin, on peut longer le lac sur ses débuts par la gauche, vers le sud, en prenant la Strand Road jusqu’au bout. La route se poursuit à la sortie du village par trois petits chemins en terre, on passe au milieu de villages, parfois même dans les « cours » des maisons. On croise ainsi de belles maisons traditionnelles, on salue au passage tous les enfants avec un « mingalaba » (bonjour) auquel tous les locaux répondent. Tout au bout de ce chemin, on tombe juste après un petit pont sur un temple original, de couleur vive et complètement desert : le Kyaut Phyu Gyi Pagoda

Ywa thit Monastery

Des pagodes oubliées

En continuant ensuite  vers l’Est de la bourgade, on tombe une pagode en ruine, plantée au beau milieu des champs, entourée d’arbustes dont les racines traversent les pierres.

Ywa thit Monastery

La forêt de bambou

En continuant ce chemin, on passe au milieu de quelques maisons et on se retrouve au beau milieu d’une petite forêt de bambou, et on longe à nouveau un temple par la gauche et quelques pagodes qui semble dater, tant la végétation les recouvre. L’endroit est éloigné des touristes, du bruit, on est sous l’ombre des bambous.

Ywa thit Monastery

Tout au bout de ce chemin, à peu près à 400 mètres de distance, on tombe sur l’artère principale qui sur la gauche nous ramène à la ville.Tout ce chemin prend facilement deux bonnes heures, voire trois si l’on s’arrete pour prendre des photos ou faire des petits films.

Le retour à la ville

De retour à la ville on peut manger dans n’importe quel petit boui boui ou restaurant, et en rentrant dans la ville par l’est, on découvre une autre facette de Nyaungshwe

Ywa thit Monastery

Par rapport au plan, en prenant l’une des rues perpendiculaires à la « unamed road »,vers les montagnes à l’est, on tombe sur des villages vraiment rustiques, et la campagne profonde birmane..Ces quelques rares moment nous ont révélés une Birmanie encore pure, vierge de tout ressentiment et curieux à l’égard de l’etranger.

En chemin vers la montagne, on ne croise absolument aucun touriste. Tous sont la pour la croisière, peu nombreux sont ceux qui osent s’aventurer à des kilomètres de la ville, se perdre et faire 5 à 8 heures de vélo sous une chaleur écrasante. Pourtant ce genre d’escapade vous plonge littéralement loin des sentiers battus et des clichés touristiques, en plein coeur de la vie de campagne à la birmane.

Ywa thit Monastery

Ywa Thit Monastery et U Kon Da la

On peut ensuite repartir cette fois vers l’ouest de la ville, en suivant la Yone Gyi Street.On traverse le pont pour sortir à nouveau de la ville mais de l’autre coté. Encore un petit village sur la gauche, on longe la rivière à droite, puis au bout d’un moment on aperçoit au loin ce qui semble être un monastère, énorme.

Vous y serez accuilli par un moine, nommé U Kon Dala. Il adore bavarder et échanger avec les visiteurs, leur montrer les photos que chacun a pris de lui et lui a envoyé par la poste. Il s’est converti à la vie monacale à l’age de 20 ans, et vit là dans ce monastère depuis 36 ans, seul, parfois accompagné d’un autre moine. Il approche des 75 ans, et a une forme et une jovialité qui impose le respect. Il parle quelques mots de francais, connait le nom de certaines villes francaises grâce aux touristes passés par la. Il pourra vous confirmer que le climat change au Lac Inle aussi, selon lui, l’eau ne cesse de baisser, surtout depuis les années 2000, et la route que nous avions prise en vélo pour le rejoindre était il y a encore quelques années entièrement recouverte d’eau.

Les images qu’on garde de ces escapades en vélo resteront gravées longtemps, comme un moment de pur répis dans cette vie de nomade que nous menons depuis des jours et des jours.