Bacalar, Pueblo Magico de Mexico

Bacalar, un lieu exceptionnel

Bacalar, anciennement Siyan Ka’an Bakhalal, est le nom d’une petite ville dans le sud-est du Mexique, dans la région du Quintana-roo. Toute proche du Yucatan, c’est un petit paradis qu’on ne présente plus et qui fait partie du circuit classique des voyageurs dans la région. Les origines de ce village et surtout de la lagune remontent à l’époque précolombienne, et son histoire plus récente est intimement liée à celle de la colonisation et de la piraterie. Bacalar est l’un des 111 « Pueblo Magico » du Mexique, qui, à l’instar de nos « plus beaux villages de France« , se veulent le reflet de la beauté historique, culturelle et naturelle du Mexique.

Bacalar

Bacalar

La configuration de la ville

Voici le plan de la ville, que vous trouverez tout en bas de la place centrale. La grande route qui a la forme ici d’un chapeau de pirate, c’est la nationale 307, qui relie Cancun à Chetumal. On est ici à 215 km de Tulum, 345km de Cancun et un peu moins de 40km de Chetumal, frontière avec le Belize et capitale du Quintana-Roo. Si vous arrivez en bus, celui-ci vous déposera à peu près au milieu de Bacalar, sur la nationale. Vous pourrez rejoindre la lagune en 15 minutes à pied.

Bacalar

Bacalar, un petit village

Cette petite ville compte un peu plus de 10 000 habitants, mais sa configuration donne plus l’impression d’un village. Ses très longues ruelles tranquilles et parfois même désertes rendent le lieu un peu mystérieux. Il n’y a pas de gros bâtiments ici, mis à part de discrets hôtels luxueux de 3-4 étages au milieu d’ habitations plus modestes. On se demande même ce qu’il y a de « magique » ici, puisque le village n’est qu’une succession de rues qui s’entrecroisent avec souvent des habitations en ruine ou abandonnées..A Bacalar, c’est son histoire et la lagune qui expliquent le « magico » et non son apparence.

Bacalar

Le parc Angel Remigio Rosado

Toutes ces rues mènent au point central du village, au Zócalo . Ce petit parc donne directement au sud sur le fort San Felipe. Tout autour de cette place on trouve de nombreux restaurants plutôt orientés touriste, des boutiques de souvenirs et quelques stands de rue (plutôt en soirée). C’est sur la place que vous trouverez aussi des distributeurs.

Bacalar

Bacalar

Le fort de Bacalar : Fuerte San Felipe

Au sud de la place, on peut voir le petit fort, datant du XVIIIe siècle et très bien entretenu puisqu’il abrite aujourd’hui un musée. Servant autrefois à guetter l’arrivée des pirates, celui-ci offre un beau point de vue sur la lagune. C’est l’attraction la plus accessible à Bacalar.  Le tarif d’entrée est de 73 pesos, l’ouverture de 9 à 19h. Vous aurez un beau point de vue sur le fort depuis l’avenida 1, la rue juste en dessous.

Bacalar

Bacalar

La rue animée de Bacalar

A partir du parc on peut emprunter la rue la plus animée du village, la calle 22 en remontant vers la nationale. Tout de suite on tombe sur l’église Sagrado Corazón De Jesús. En chemin et sur une centaine de mètres on trouve quelques restaurants, notamment le très beau « El Manati » avec une très jolie cour, ouvert en journée seulement. Il y a également un « money exchange », des supérettes, des bars décorés etc.

Bacalar

Bacalar

Bacalar

La lagune de Bacalar : la « lagune aux 7 couleurs »

Mais le plus important à Bacalar, c’est bien sûr sa lagune..Une lagune dont la teinte varie en fonction de la profondeur de l’eau. On a compté seulement 6 teintes différentes un jour de mauvais temps, donc sous le soleil, on imagine qu’il y en a plus! Consultez notre rubrique recommandations pour connaître tous les accès à cette lagune incroyable!

bacalar

Ou dormir à Bacalar ?

A Bacalar, même sans réserver, il vaut mieux avoir une idée d’un hébrgement à l’avance. Muni d’un gps (MyMaps) vous trouverez plus facilement. Les rues à Bacalar sont interminables, et les hôtels éparpillés un peu partout. Pour quelque chose de plus luxueux, on peut viser toute la côte, juste au bord de l’eau. Autrement, dans certaines rues on peut trouver des hôtels luxueux mais discrets, et des petites guest house mais mal indiquées.

Bacalar

On peut recommander Cabanas las Palmas, car c’est un vraiment un bon plan.
Juste en face de leur maison, la famille à bâti deux logements, l’un à 400, l’autre à 500. Et les chambres sont immenses avec deux lits doubles et des moustiquaires,  une douche immense, un ventilo, une table pour se poser etc.. On a finalement eu la grande chambre pour 400 pesos la nuit.La guest house se situe entre la calle 36 et la 38 sur l’Avenida 3. C’est l’avant dernière avant la lagune, et on est donc à deux minutes du premier ponton gratuit !

Bacalar

Se déplacer à Bacalar

Bien que les rues soient vraiment longues, tout se fait à pied d’un bout à l’autre. Pour aller aux cenotes par contre, on peut prendre un taxi ou collectivo en rejoignant la nationale, tout en haut du village . Le collectivo passe aussi par des ruelles du village, l’Avenida 7 et la calle  7, le mieux est de demander au préalable à la grande place.

Bacalar

Venir à Bacalar depuis Chetumal

Si vous venez depuis Chetumal à la frontière avec le Bélize, il faudra prendre un bus Mayab ou Ado depuis le terminal Ado de la ville. Il est situé sur l’artère principale menant au port, tous les taxis pourront vous y emmener. Le trajet en bus de Chetumal à Bacalar est de 36 pesos par personne.

Caye Caulker Bacalar

Ou manger à Bacalar ?

A Bacalar les restaurants sont presque tous situés sur la place centrale juste en face du fort et dans la calle 22 au nord de celle-ci.

Dans la calle 22, il y a un endroit sympa, qui fait autant restaurant que magasin, avec une cours sympa à l’intérieur, c’est le « El Manati« .

Juste derrière les deux magasins de souvenir sur la place, il y a un restaurant local pas cher du tout, le Antojitos orizaba. Ils vendent des quesadillas à 18 pesos.

Juste en face, le stand de rue vend des crèpes nutellas pour 35 pesos.

Que faire et que voir à Bacalar ?

Partir à la découverte de temples mayas déserts!

Juste pour info, depuis Bacalar on peut découvrir des sites mayas pratiquement déserts, puisque la majorité des touristes sont du côté de Tulum. Il s’agit des sites Chacchoben, Oxtanka et plus loin Dzibanche, Kinichna  et Kohunlich. Tous nécessitent un transport pour y aller, voiture de location , collectivo ou shuttle.

Mais à Bacalar on a surtout envie de profiter de la lagune et de se baigner dans ses eaux incroyablement douces et chaudes! On va voir ici les différents accès, parfois gratuits, la plupart du temps payants.

Les accès gratuits à la lagune

A l’extrémité nord-est du village, tout en bas de la calle 36, on trouve une ouverture sur la lagune, avec un ponton en bois. On peut se baigner là gratuitement. Si vous êtes aventurier, vous pouvez remonter ainsi jusqu’aux autres balnearios par la lagune, en contournant la végétation à droite,  car on a pied sur une cinquantaine de mètres.

Bacalar

Bacalar

Du côté nord, tout au bout de l’avenida 5 qui se termine en un chemin de terre à travers la végétation, on peut aussi accéder gratuitement à la lagune, notamment au niveau d’un balneario publico et au travers de la végétation un peu partout.

Les accès payants à la lagune

Et ci dessous voici la liste des accès payants. Quand l’image manque, n’hésitez pas à consulter notre ami google. La plupart de ces balnearios ouvrent de 8h à 20h.

Balneario Ecologico

Peu après l’accès gratuit de la calle 36, sur l’avenida 1, on tombe sur un deuxième accès. C’est le « Balneario ecologico » Cette fois l’entrée sur les lieux coûte 3 pesos par personne. On paye aux jeunes qui sont dans la cabane à l’entrée, et on suit un tout petit chemin jusqu’à la lagune. On trouve là un peu d’herbe et un petit espace sur la gauche pour se poser. C’est déjà un très bon spot, plutôt sauvage, pour 3 pesos seulement.

Bacalar

Bacalar

Bacalar

Balneario ejidal magico

Juste après sur l’avenida 1, c’est le « balneario ejidal magico bacalar », avec sa grande pancarte à l’entrée. C’est le plus grand de tous, aménagé à la façon d’un mini parc aquatique avec un immense tobogan, plein de huttes pour les visiteurs, un restaurant etc..L’entrée est à 20 pesos.

Balneario municipal El Asseradero

Un peu plus loin, juste après la calle 14, sur la costera, il y a le « Balneario Municipal de Bacalar », qui s’appelle El Aserradero. Celui-ci est gratuit.

Le ponton des restaurants

Pour le reste, depuis le village de Bacalar on peut accéder à différents endroits de la lagune moyennant quelques pesos, par les pontons des restaurants. Comme nous manquions de temps, on a juste relevé le nom du restaurant Kai Pez sur internet, et on a payé un café (25pesos) pour accéder au pont. Il se trouve juste 50 mètres en dessous du fort.

Bacalar

Bacalar

La carte des balenarios

ci-dessous la carte des balenarios cités plus haut

Balneario Cocalitos

Juste avant le Cenote Azul, il y a le « Balneario Cocalito »,et le cenote du même nom,  à 25 pesos l’entrée. Celui-ci est réputé pour les formations rocheuses originales qu’on peut y trouver, les Estromatolitos.

Tous les accès cités ci-dessus donnent accès à la plus large partie de la lagune. Une fois sur place on a l’impression de nager dans un lac tellement la superficie est vaste. L’eau est douce, absolument pas salée, bleu turquoise et incroyablement bonne..C’est vraiment un pur bonheur de nager dans ces eaux, c’est comme nager dans un bain géant..La visibilité sous l’eau est assez trouble par contre, comme souvent dans les eaux turquoises, c’est plus joli vu du dessus que dans l’eau. On a pied sur pratiquement 50 mètres depuis les pontons, l’endroit peut donc convenir à tous les âges. Bref, c’est un endroit vraiment reposant et agréable.

 

Mais la lagune de Bacalar n’est pas vaste partout  : A environ 10km au sud de Bacalar en direction de Chetumal, on trouve des accès à un passage beaucoup plus étroit de la lagune, jusqu’à 7 mètres de large seulement. Ce sont « los rapidos » : des rapides se forment, avec un fort courant allant du sud au nord. A cet endroit la lagune ressemble plus à une rivière transparente qu’au « lac » visible depuis le village et c’est selon nous, l’endroit le plus beau de la lagune. On décrit ces accès dans l’article prochain sur « Los Rapidos« .


A Bacalar, hormis ces accès à la lagune, il y a également 4 grands cenotes dont le plus connu, le Cenote Azul

Les Cenotes de Bacalar

Depuis la place centrale, on peut atteindre le cenote « la bruja », (noté cenote negro sur certains sites) après 1.5km de marche. Nous n’y sommes pas allé, car sur google map l’endroit semble abandonné et innaccessible depuis la route. Mais cet article signale le projet local d’ouvrir un balneario gratuit à cet endroit. C’était en 2016 donc peut-être que depuis il a été amenagé. Il vaut donc mieux se renseigner sur place.

Beaucoup plus loin, entre 3 et 5km au sud et sur la costera, on trouve une série de cenotes ouverts :  le Cenote Esmeralda (noté « cenote hotel laguna » sur certains sites), le Cenote Cocalitos, qui jouxte le balneario du même nom et enfin le Cenote Azul, plus connu et souvent présenté comme l’attraction principale du coin. L’eau dans ces cenotes est complètement sombre tant le trou est profond. Vous y trouverez notamment un restaurant depuis lequel  vous pourrez plonger dans l’eau. Faute de temps nous ne les avons pas visité,s car il y a bien mieux tout autour de la lagune. L’entrée est à 10 pesos et il n’est pas obligatoire de consommer.

Derrière le cenote azul, en suivant la costera qui contourne le cenote, certaines ouvertures permettent d’atteindre la lagune gratuitement à des endroits particulièrement déserts. En fait, tout le long de cette « costera » qui mène au trois cenotes esmeralda, cocalitos et azul, on peut trouver quelques rares terrains abandonnés qu’on peut traverser à pied pour rejoindre la lagune.

Voic une carte avec les différents cenotes


Enfin, on peut également visiter la lagune depuis l’intérieur, c’est à dire à bord d’un bateau

Faire une excursion à « el canal de los piratas« 

Le « canal de los piratas » se situe sur la carte juste en face de Bacalar, de l’autre côté de la lagune. L’excursion d’une heure et demi propose pour 200 pesos par personne la visite du canal avec son bateau abandonné, la visite des 3 cenotes, et la « isla de los pájaros » ou « bird island » plus au sud au milieu de la lagune.

Restez vigilant !

On le signale car c’est une réalité qu’on ne veut pas forcément s’avouer, mais à de rares occasion, certains ont pu observer des crocodiles dans la zone. Et ce ne sont pas des petits lagartos comme ils les appellent.Les autorités rassurent évidemment car une attaque affecterait durablement le tourisme dont ils ont tant besoin. Ces incursions semblent rarissimes, mais il vaut mieux être prudent.

Vous pouvez en avoir la preuve ici ou ici en image.