La cité archéologique d’Angkor

Un des plus beaux sites historiques de la planète

Après Borobudur et Pranbanan sur l’ile de Java en Indonésie, Bagan et Shwe Dagon Pagoda en Birmanie,  nous enchaînons cette fois avec la cité d’Angkor et ses nombreux temples, dont l’histoire est étroitement liée à celle des anciennes cités de Sukhotai et d’Ayutthaya en Thailande.
Cette cité et ses « temples-montagnes » dépassent de loin tout ce qu’on a pu voir jusqu’à présent.Le nombre de temples est impressionnant, leur taille également.Certains tombent en ruine ou paraissent abandonnés, d’autres sur le circuit de la petite ou de la grande boucle sont restaurés et entretenus.Certains des temples que nous avons visité lors de notre séjour au Cambodge étaient soit partiellement fermés, soit restaurés et donc à demi camouflés par des échaffaudages. L’architecture de la plupart de ces édifices diffère de celle de Bagan ou de Sukhothai, on quitte enfin les briques rouges pour des gros blocs de pierre dont l’apparence laisse transparaitre les séquelles de plusieurs siècles d’histoire.Les pierres sont par endroit recouvertes de mousse, arrondies et noircies par les intempéries.

Il y a plus d’une dizaine de temples-montagne principaux sur le site qu’il faut absolument visiter si l’on vient jusqu’ici, leur taille et leur forme peuvent rappeler certains temples mayas du Mexique.De près, bien sur, il n’y a plus aucune ressemblance.Le détail des ornementations, les couleurs des pierre qui parfois virent au rouge, la végétation qui entoure les temples et s’immisce dans la pierre, l’architecture même de ces temples, le tout confère au site une atmosphère particulière qui n’a pas d’égal sur la planète.Dans les premiers instants de la visite, on a vraiment l’impression de faire partie d’un documentaire, en tout cas de vivre un moment unique.

Un site rentable

En 2016, on recense plus de 12 000 visiteurs par jour, et nous le confirmons, les temples sont parfois noirs de monde, certains couloirs étroits dans les temples les plus connus, se parcourent à la queue leu-leu, le silence est souvent rare ici.Les touristes sont pour la grande majorité respectueux des lieux, on observe ici ou là quelques touristes qui crient, sautent de pierre en pierre, taguent sur les pierres centenaires, jettent leur déchets par terre, mais ca reste rare.
De ce qu’on a vu, et contrairement à ce qu’avance le gouvernement lui même, la très grande majorité des touristes achètent le pass 3 jours à 67$ (à 40$ jusqu’en 2017), il suffit alors de multiplier ce chiffre par le nombre de visiteurs, puis par le nombre de jours dans l’année pour imaginer ce que rapporte le tourisme dans cette région.Comme on peut vite le deviner sur place en discutant avec les locaux, et comme l’indique cet article, on ne sait pas vraiment ou va l’argent.Les petits commerçants locaux sont obligés de payer leur emplacements et ceux d’entre eux qui sont mal situés doivent en plus payer l’accès aux toilettes, alors qu’ils sont originaires des lieux.La population locale accueille ces millions de touristes mais vivent toujours dans les mêmes conditions difficiles.C’est maintenant le gouvernement qui gère les recettes des lieux, mais cela ne va pas changer grand chose.

Malgré ce qu’on peut lire sur certains blogs,Il est possible de vivre une expérience incroyable à Angkor, de visiter certaines ruines seuls, certains des plus gros temples avec très peu de monde, en piochant ici ou la quelques conseils de voyageurs, et en usant de bon sens.

Angkor en vélo ou en scooter?

A siem Reap il y a quelques loueurs de scooter, la plupart électriques, et dans la ville, les touristes et locaux ont tendance à dire que les scooter à moteurs sont interdits aux touristes.Pourtant on en voit pas mal dans la ville.Les loueurs principaux se trouvent dans la rue « Central Market ».C’est la qu’on trouve le plus connu, mais pas le moins cher : le green e-bike.

Nous en avons trouvé un juste à coté, à 9 dollar les 24 heures, et il est possible d’en louer pour plusieurs jours, avec un tarif dégréssif. L’avantage c’est qu’on avait un scooter électrique deux places, alors que Green e-bike ne loue que des scooter à une place, forçant les couples à en prendre deux, donc à payer deux fois plus.

Pour avoir tenté les deux(vélo ou scoot), on recommande largement le scooter électrique, qui permet, comme à Bagan, de voir beaucoup plus de temples en moins de temps, et qui permet de plus de mieux supporter la chaleur s’il fait beau.Les loueurs, le notre en tout cas, acceptent une copie du passeport et non l’original, et nous laisse le chargeur pour qu’on puisse recharger le scooter partout en ville ou sur le site d’Angkor : il y a des petits boui bouis qui ont des prises et acceptent contre un repas ou une boisson de le recharger.
A chaque fois on était limite, mais on a pu terminer la journée en ayant fait plusieurs dizaines de kilomètres.Une seule fois on a déchargé le scooter à l’entrée de Siem Reap mais on a pu rapidement recharger chez un commerçant, sans problème.

Une fois rentré à la guest house, le gérant nous laisse en général rentrer le scooter à l’intérieur et il y a des prises à dispo pour le recharger toute la nuit.

Le vélo, qui se loue à partir de 1 dollar, n’est pas plus discret, il est plus fatiguant, surtout sous un cagnard, et pédaler 20 à 30 kilomètres par jour sur un vélo de ville n’est pas de tout repos. Pratiquement toutes les guest house louent des vélos

Visiter Angkor Wat

Pour visiter Angkor, bien sûr, on se lève aux aurores.Une fois sur le scooter, on prend l’avenue Charles de Gaulle (que le locaux ne connaissent pas sous ce nom) et on file tout droit vers Angkor Wat, le premier et le plus imposant des temples du site.Entre 5 et 8 kilomètres de route dans le noir (la route n’est pas éclairée à l’aube) et on tombe sur la face sud du temple.On a alors le choix, si on veut se faire le lever de soleil, il faut partir à gauche, coté Ouest et rentrer par la porte princpale. Il faut le faire au moins une fois. Autrement, on peut partir à droite, et prendre la porte Est, beaucoup plus discrète, et ou il n’y a personne à l’ouverture.On visite donc le temple à l’envers, et on arpente les couloirs seuls sans presque aucun touriste.

La porte principale coté Ouest est bondée, du matin au soir, inutile de chercher le « bon moment », il n’y en a pas.Coté Est en revanche, nous y étions absolument seul des l »ouverture à 5h00 du matin.Et on marche bien 10 minutes seuls avant de croiser les premiers touristes qui arrivent dans l’autre sens.

Depuis 2017, les tarifs ont changé:

le pass 1 jour est à 37$,

le pass 3 jour à 62$

enfin le pass 7 jours est à 72$

 

Exemple de prix à Siem Reap

Une grande bouteille d’eau dans un supermarché: de 0,50 à 0,70 $

Un Fried rice chicken = 1,5 à 2 $ dans les stands de rue

Des cigarettes locales = 700/1000 Riel

La location d’un vélo = à partir d’un dollar

Un café = 1 $

Depuis l’aéroport, un bus gratuit vous emmène à une station de bus d’ou partent des vans ou des bus pour la ville

On paye entre 8 et 10 dollars pour un trajet de plus d’une heure et les horaires sont irréguliers.

On attérit non loin de l’aéroport, et de là il faut prendre un tuk tuk pour aller à votre hotel ou guest house.

Les horaires des temples d’Angkor ( à vérifier)

Les seuls temples ouverts des l’aube sont les suivants:

Angkor Wat : 5h00 – 17h30  

Srah Sang : 5h00 – 17h30

Phnom Bakheng : 5h00 – 19h00

Pre Rup : 5h00 – 19h00

Tous les autres ouvrent desormais à 7:30, les levers de soleil sont donc limités à ces temples

Recommandations pour visiter le site Historique d’Angkor

Pour le reste de la visite, le principe est le même, se lever tot, choisir le premier temple que l’on va visiter en priorité des l’aube : on conseille de choisir un des principaux temples pour l’ouverture :

Preah Khan

Ta Prohm

Banteay Srey

Pre Rup

Banteay Samre

Banteay Kdei

Angkor Thom

et d’enchainer ensuite dans le sens contraire des circuits officiels (petite et grande boucle) afin de visiter les temples dans les meilleures conditions.

Premiere option

Visiter Angkor Wat par la Tak Ou entrance, repartir ensuite vers Prasat Bat chum, aller directement au Pre Rup Temple ou il y a du monde surtout pour le coucher du soleil, aller au East Baray, passer par le Jayatataka et son paysage incroyable, et finir par le Preah Khan.On peut passer par Angkor Thom et faire le coucher de soleil sur la rivière, avant de rentrer vers la ville

Deuxième option

Deuxième option ou deuxième jour

Refaire le même trajet, mais cette fois aller directement vers le Banteay Kdei, puis Ta Prohm ou l’inverse, passer par Ta keo et se faire tous les temples jusqu’à Angkor Thom et tous ceux situés dans l’enceinte, et finir dans les petits temples vers le baksei Chamkrong, pour un coucher de soleil avec vue sur les pics d’Angkor wat.

Certains enchainent le troisième jour avec les temples du groupe Rolouos, à une quinzaine de kilomètres à l’est de la ville.

Dans la ville vous trouverez beaucoup d’agence et de rabatteurs qui proposent l’excursion jusqu’aux temples plus éloignés: Beng Mealea, kbal Spean et Banteay srei

Comme on le voit c’est très loin, et donc impossible ou plutot risqué à faire en scooter electrique.La plupart prennent donc un tuk tuk mais les prix sont élevés (25 dollars ou plus pour une destination).Ces derniers temples ne font pas non plus partie du « pass » à 40 dollars, il faut donc repayer un droit d’entrée (environ20-25 dollar pour chacun)

L’important lors de la visite est en tout cas de suivre ce sens pour éviter un maximum les foules.En fonction du temps de visite, on peut ainsi visiter un des temples principaux à l’aube, à midi et le soir avant la fermeture.Entre ces horaires privilégiés ou il y a moins de monde, on peut à sa guise visiter tous les autres temples moins importants.Il faut savoir qu’il y a également quelques petits temples non répértoriés, au dessus du Jayatataka, perdus au milieu des champs, et ou pour le coup il n’y a personne toute la journée.Ils tombent en ruine mais les visiter seuls et y rester plusieurs heures dans le silence reste une expérience unique.

Quoiqu’il en soit, avant d’y aller, préparez vous à croiser énormément de monde, ainsi vous supporterez mieux la visite !

Pour vous aider dans votre recherche, Virtual Trip a crée un moteur de recherche pour vos vols
  1. Cambodge, un pays que je rêve de visiter et, avec votre article, vous me donnez encore plus envie ! Lorsque je concrétiserai ce rêve, je reviendrai définitivement sur votre site pour prendre note de toutes ces informations précieuses.
    Merci 🙂

Laissez un commentaire